Ashevak Adla

Bear Inuit Sculpture in Serpentine

Né: 22 février, 1977    Homme

Ashevak Adla est né le 22 février 1977 à Iqaluit puis est rentré chez lui à Cape Dorset. Adla vient d’une famille de sculpteurs. Son grand-père maternel Aoudla (Audla) Pee est bien connu pour avoir révélé les qualités spirituelles des ours à travers ses sculptures de pierre. Sa grand-mère, Nurluapik Pee, était sculpteur et artisan. Son grand-père paternel Kalai Adla et son épouse Tai ont sculpté la pierre et fait des dessins. Son cousin Tim Pee est aussi sculpteur.

Le jeune Ashevak regarderait son grand-père Aoudla Pee tailler des créatures arctiques en pierre. Quand Adla avait onze ou douze ans, il a commencé à travailler avec des outils de sculpture. Ses premières sculptures étaient de simples sculptures et sa première pièce était un béluga. Il a commencé à sculpter parce qu’il voulait gagner sa vie. Sa connaissance de la forme artistique lui vient de l’observation d’artistes respectés et de la sculpture de ses propres œuvres.

À l’adolescence, Ashevak a appris de nombreuses techniques en regardant le maître sculpteur Kiugak (Kiuwak) Ashoona travailler à plusieurs reprises. Il a également passé du temps à regarder Nuna Parr tailler ses ours. Il admirait les figures humaines de Kiugak en raison de la précision et de la réalisme dont Kiugak était capable de restituer ses sculptures. Lorsqu’on lui a demandé quelle était sa plus grande inspiration pour continuer à sculpter, Ashevak a répondu que ses enfants étaient sa motivation. L’épouse d’Ashevak est Qilimiumi Ningeosiak et ils ont 4 enfants ensemble.

Il a sculpté des oiseaux, des figures humaines et des transformations, mais il s’est surtout concentré sur la fabrication d’ours car ils sont très demandés. Il utilise des outils électriques parce que cela prend moins de temps. Ses sculptures d’ours détaillées peuvent marcher, traquer ou renifler, alors qu’ils cherchent une nourriture de l’Arctique. Il sculpte également des ours dansants aux traits distingués et à l’équilibre. Ashevak a développé son propre style et ses ours sont admirés par beaucoup. Ashevak termine souvent ses sujets avec un vernis brillant pour mettre en valeur la beauté de la pierre serpentine.

Le travail d’Adla est disponible dans les galeries nationales et internationales depuis plus de deux décennies. Une de ses sculptures se trouve sur la couverture du livre Cape Dorset Sculpture, publié en 2005. Les sculptures d’Ashevak Adla sont parmi les sculptures les plus recherchées de la jeune génération d’artistes inuits.